Sommaire Autrefois

Historique



Il n’est pas impossible qu’il y ait eu, dès les temps de la domination romaine une villa gallo-romaine « maison rurale avec ses dépendances, entourée des habitations des colons » au lieu où se trouve actuellement la commune de Villars lès Blamont. Mais qu’a t-il pu advenir à un groupement de ce genre au moment des invasions des barbares ou de l’installation des Burgondes (Vème siècle) ? Comment est-il sorti des bouleversements qui aboutirent à la constitution du Royaume de Bourgogne Transjurane ?
L’opinion moyenne des historiens Montbéliardais est que l’ancien Elsgau, notre pays, après avoir fait partie de Bourgogne, passa sous le sceptre allemand en 1032, et y resta en partie. (la Seigneurie de Blamont en fut temporairement détachée)
Les hypothèses sur la date de transformation d’une telle villa ou villare (en basse latinité, villa se disait villare, ce qui devient en allemand wiler) en un lieu fortifié, muni d’une église sont faibles et vacillantes. Il existe à Villars des anciens lieux dits prouvant qu’il y eut, en ces lieux, un petit château avec tourelles (nous inclinons à croire qu’il y eût une famille noble, les « De Vilers », mais de durée éphémère. Mais à quelle époque fut-il construit ? C’est surtout au Xème siècle qu’apparaissent partout des châteaux dominant les demeures des paysans, et remplaçant certaines maisons de maîtres. Ils se pourrait que l’ancien château de Blamont soit de cette époque, et qu’il eût été appuyé par un ouvrage de défense construit à Villars. Il est difficile d’arriver à une certitude historique.

La première mention d’un Vilers dans nos pièces d’archives est de 1145.
En 1145, le comte Thierry II de Montbéliard fait donation d'une colonge (ensemble d'habitations) sise à Vilers à l'abbaye de Belchamp.
En 1150, il y eut échange entre l'Abbaye de Belchamp et le chapitre de Montbéliard de cette même colonge.

En 1282-1283, Villers entra dans la composition de la Seigneurie de Blamont, créée en faveur de Thiébaud IV de Neufchâtel qui se reconnaissait vassal des Ducs de Bourgogne.

La guerre de Bourgogne : L’ambition de Charles le Téméraire, Duc de Bourgogne qui voulait devenir roi avait fini par inquiéter tout le monde. Les Suisses, Louis XI, les évêques de Bâle, le Comte de Montbéliard…formèrent contre lui « la ligue héréditaire » en 1474. Le chef de la maison Neufchâtel, Claude de Neufchâtel seigneur de Blamont était resté du côté Bourguignon. Les hostilités suivirent de près. Le Téméraire fut battu et la Seigneurie de Blamont passa sous domination Suisse en 1477. L'évêque de Bâle, prince de Porrentruy, accepta cependant, par le traité de Blamont de 1478, de restituer la Seigneurie aux Neufchâtels.

En 1506, Ulrich de Wurtemberg, comte de Montbéliard avait racheté la seigneurie de Blamont aux derniers héritiers des Neufchâtels et elle devint ainsi une dépendance du Comté de Montbéliard. Villars retrouvait d'une certaine manière la situation antérieure à l'acte de 1282, tout en continuant à faire partie de la terre de Blamont.

En 1587, les Guises Catholiques vinrent ravager le Pays Protestant. (La ligue s’était formée pour anéantir les protestants. Elle avait pour prétexte de défendre la religion catholique et pour but réel de mettre le Duc de Guise sur le trône d’Henri III )

Le 5 janvier 1588, le village de Villers brûla (le presbytère et 16 maisons).

En 1633, durant la guerre de trente ans, réquisition par les troupes impériales.( Ferdinand II )

En 1635, les troupes de Charles de Lorraine qui soutenait les impériaux, provoquèrent la famine.

Dès 1676, Louis XIV lança ses troupes sur le Comté de Montbéliard et écrasa le village de réquisitions et de quartiers d'hiver.

Dès 1700, la Seigneurie fut annexée à la Franche-Comté. (Montbéliard n’est française qu’en 1793)

La révolution de 1789 fut accueillie avec enthousiasme parce qu’elle établit enfin l’égalité entre les villageois. Villars est un village qui avait encore des sujets mainmortables au moment de la révolution, c’est à dire que ces personnes ne pouvaient disposer de leurs biens ni entre vifs sans l’autorisation du seigneur, ni à leur mort par testament, les biens revenant à leurs communiers, enfants vivant au domicile ou à défaut au seigneur en fonction du droit d’échutte.

En 1790, Villars entra dans le canton de Blamont et le département du Doubs créé à cette date.

En 1815, après Waterloo, des troupes étrangères envahissent la France. Le 2 juillet le village de Villars brûle. Il ne resta debout que l'église, le presbytère et deux maisons (Bourlier et Vadeboncoeur).

La guerre de 1870-1871 ne causa à Villars que des réquisitions d'argent et de vivres et vit le passage des corps francs de Viette.

Epargné en 1914-1918 sur son territoire, le village a payé son tribut à la défense du sol national. 20 noms sur le monument aux morts remémorent ces moments douloureux.

Dès le 16 juin 1940, plus de 2000 personnes sont passées par le bureau des douanes à Damvant pour se réfugier en Suisse. Elles précédaient d’importantes troupes françaises, au total 3500 soldats demandant l’asile. Installés depuis le 20 juin 1940, les Allemands classent la commune en zone rouge, où seuls peuvent circuler des particuliers porteurs d’Ausweis. Au poste de douane, 15 à 20 occupants remplacent les douaniers français.

Le 27 août 1944, les Allemands ayant abandonné les lieux, le maquis du Lomont prend leur place. C'est la libération !

Le 6 septembre, les Allemands poussèrent une contre attaque en direction du Lomont, et dès le 8 septembre, Villars fut sur la ligne de front (bois des trembles) jusqu’au 17 novembre 1944. (Cette période en détail, consulter la rubrique Lomont 1944)



Sommaire Autrefois