Sommaire Autrefois

Environnement naturel



A Villars, comme un peu dans tout le Pays de Montbéliard, le mot vent désigne le vent du Sud-ouest ou du midi, ordinairement assez violent. Il amène avec lui des masses de nuages, des pluies continues au printemps et en automne, de la neige en hiver.

Le vent du Nord-est, ou la bise, vient des pays froids, c’est un vent sec qui amène le beau temps ou une température rafraîchissante en été, tandis qu’en hiver il amène les grands froids et les fortes gelées.

Le vent du Nord-ouest, ou vent de Lorraine, est un vent froid et humide presque toujours accompagné de pluie ou de neige dans les saisons rigoureuses. Il se fait plus particulièrement sentir au printemps, et produit en avril, un abaissement de la température d’où résultent des gelées nuisibles à la végétation et surtout aux arbres fruitiers. Les récoltes sont souvent compromises.

Très rarement, en été, un vent du Lomont souffle dans la direction du Sud-est et amène un ouragan précédé de bouffées d’air chaud étouffant.

La faune a légèrement évolué depuis l’an 1700. A cette date, les loups étaient très abondants dans le Lomont. Un siècle plus tard ils ont presque complètement disparu. Pour garantir des loups les veaux et les poulains qui paissaient la nuit dans les pâturages du Jonchet et du Cerneux, les paysans pendaient au cou de ces animaux un petit sachet de poudre de chasse mais cela n’empêchait pas les loups d’en croquer quelques-uns.

A part le loup, la faune sauvage se composait de chevreuils, fouines, belettes, écureuils, hérissons. Les rats, souris, campagnols foisonnaient partout.

Le tiercelet, l’épervier, la buse, la chouette, le corbeau, la pie, le geai et autres petits oiseaux peuplaient énormément les haies et buissons. On trouvait beaucoup de lézards, quelques couleuvres, peu de vipères. Beaucoup d’insectes, pucerons, chenilles, courtilières, guêpes, frelons, surtout les saisons propices aux éclosions. Les limaces, escargots pullulent sur le territoire.

On rencontrait beaucoup de plantes médicinales, aconit, belladone, absinthe, bourrache, camomille, centaurée, ciguë, colchique, gui, pensée, pissenlit, sauge, soucis, sureau, ajoutons la campenotte, la jeannette. Toutes ces plantes étaient employées comme médicaments familiaux. Nous en retrouvons encore de nos jours.



Sommaire Autrefois